La fonction de mandataire mutualiste a été mise en place fin 2017 et la nomination de son titulaire, M. Dominique LIGIER, a été validée par le Conseil d’Administration du 11 janvier 2018.

Dominique, comment a commencé ta mission en tant que mandataire mutualiste ?
«En premier lieu nous devions dresser un état des lieux au niveau des régions pour détecter les activités à améliorer. Avec l’ensemble des animateurs régionaux, nous avons notamment décidé de mettre en place les actions suivantes:

• préciser les missions de l’animateur régional et donner à cet animateur une formation initiale,
• définir le territoire de chaque animateur régional, et trouver, quand c’est nécessaire, des « animateurs relais »,
• rencontrer et maintenir des relations suivies avec les sections locales, et recréer les réunions annuelles avec ces sections,
• gérer la diffusion de l’information vers les sections locales, et organiser la remontée d’informations vers le siège.

Mon rôle est de mettre en oeuvre ces actions afin d’assurer une cohérence entre les missions des animateurs dans leurs régions et les prérogatives de la MOCF. En parallèle, il a fallu repenser totalement les formations dispensées à la mutuelle. Nous avons mis en place 3 modules adaptés aux fonctions de nos adhérents ; je dois continuellement faire évoluer le contenu de ces formations et assurer les différentes sessions mises en place.»

Qu’en est-il de ces actions aujourd’hui ?
«Toutes les actions liées à la fonction d’animateur régional sont maintenant achevées. Une fiche de poste a été créée dans le but de mieux préciser le rôle et les missions de l’animateur régional. En outre, tout nouvel animateur régional reçoit une formation. Ils apprennent à mieux se connaître et partagent leurs expériences. Les réunions annuelles ont repris en 2017, avec pour objectif de dynamiser certains anciens «bassins» oubliés où des adhérents potentiels ont été détectés. De plus, les animateurs régionaux ont décidé de créer des réunions décentralisées regroupant deux ou trois régions afin de mieux appréhender les besoins locaux. Quant aux formations, nous réalisons des sessions au siège en fin de chaque année, et à tout moment des formations délocalisées en fonction des besoins exprimés par les animateurs régionaux.»